Questions - Réponses

Compte tenu de la situation économique, la prévention des TMS peut sembler un objectif non prioritaire pour les entreprises, notamment les TPE. En effet, agir sur les TMS a un coût et nécessite du temps alors que les entreprises sont de plus en plus dans le court terme. Pourtant, l’entreprise qui n’agit pas contre les TMS fait peser des risques tout à la fois sur son fonctionnement et sur sa compétitivité. Du fait de l’absentéisme qu’ils engendrent, les TMS coûtent cher à l’entreprise : difficultés pour remplacer le personnel, désorganisation du travail, surcharge de travail pour ceux qui restent, baisse de performance, perte de qualité, adaptation des postes, dégradation du climat social… Autant d’éléments qui nuisent aussi à l’image de l’entreprise.
Même une TPE doit agir : pour elle aussi, l’absence d’un salarié souffrant de TMS met en péril son fonctionnement. Comme dans toute entreprise, le préalable est la volonté de réellement transformer la situation de travail. L’évaluation des risques, retranscrite dans le Document Unique (DU), peut aider à recenser les situations à risque de TMS. En matière de prévention, des aides financières sont disponibles auprès des CARSAT, CRAM et CGSS pour accompagner l’entreprise.
En raison de la multiplicité et de la diversité des facteurs de risque de TMS (facteurs de risque biomécaniques, psychosociaux…), l’entreprise doit recueillir des informations relevant de chaque facteur afin de savoir ce qui les détermine. Au moyen de divers outils, elle va collecter des données sur la situation de travail en y associant les opérateurs et des situations de travail. Cette approche globale est indispensable pour établir un bon diagnostic.
L’étude ergonomique consiste à analyser une situation de travail problématique de l’entreprise à partir de l’observation, de la mesure, d’entretiens avec les opérateurs et leur encadrement pour mieux comprendre le travail réel et identifier les facteurs sur lesquels agir pour améliorer la situation.
Pour lutter efficacement contre les TMS, il faut mobiliser des compétences en ergonomie. Si l’entreprise ne dispose pas des ressources nécessaires en interne, elle peut faire appel à des ressources extérieures. La compétence en ergonomie permet d’établir des liens entre des problèmes de santé et l’activité de travail en vue d’établir un diagnostic.
Les actions de prévention ont des effets à moyen terme sur la diminution des TMS. Pour ne pas remettre en cause la démarche de prévention engagée, il est intéressant de disposer d’autres indicateurs plus sensibles à court terme tels que l’amélioration du climat social, la baisse de l’absentéisme ou l’amélioration de la productivité.